Comme d’habitude j’ai du retard, je trouve enfin le temps d’écrire cet article sur ma visite de la friche industrielle Nordlys Hié. Avant tout, je tiens à remercier Alain et les autres membres du collectif Chemin’Hié de m’avoir fait confiance pour quelques heures en marge de leurs visites et aussi une grand merci à Bérénice qui a pensé à moi et qui m’a mis en contact avec eux, sans ça, je n’aurais jamais eu la chance de faire ces photos.

Comme vous avez dû le comprendre, j’ai eu la chance d’être invité par le collectif Chemin’Hié à venir photographier la friche industrielle textile de Bailleul : l’ancienne usine Nordlys Hié.

Je le dis une fois et je ne le répèterai pas : Pas la peine de chercher à y rentrer, le lieu appartient à la mairie qui se sert d’une partie de la friche comme lieu de stockage, des employés communaux y travaillent régulièrement et une petite partie est loué à un artiste local, en plus de ça, c’est super surveillé par la gendarmerie et les associations, pour finir, c’est fermé par plusieurs lourdes grilles. N’essayez pas d’y rentrer sans autorisation, vous finirez à coup sûr faire un tour à la gendarmerie.

Le collectif Chemin’Hié est une association d’habitant qui travaille (plus ou moins) en partenariat avec la mairie et a pour but de préserver, de valoriser et à terme de réhabiliter cette friche qui a tout de même fait vivre plusieurs génération depuis sa création en 1920. N’hésitez pas à aller visiter leur page Facebook, ils organisent de temps en temps des visites guidées de l’ancienne usine sur inscription préalable.

Parce que je ne suis pas le mieux placé pour en parler et que d’autres l’ont fait et le feront bien mieux que moi :

Je n’ai pas pris de photo de l’extérieur et de sa superbe cheminée car ce weekend-là, il y avait un évènement organisé par le collectif qui se tenait entre autre dans la cour de l’usine et je n’ai pas pu avoir les prises de vue qui m’intéressaient. Mais je chercherai à y retourner dans les mois à venir.

On commence la visite par plusieurs larges couloirs peu éclairés puis éclairés par des puis de lumières. La mousse a commencé à recouvrir le sol et les murs ce qui donne au lieu une ambiance vraiment sympathique.

Puis on arrive sous une superbe halles de plusieurs milliers de m² baignée d’un lumière douce que je n’ai pas réussi à trop mettre en valeur avec mon matos. (A la rigueur, il m’aurait fallu un objectif à décentrement pour éviter les déformations des perspectives. J’ai essayé de corriger ça rapidement en post-traitement, mais on a vu mieux.) Même si mes photos ne lui rendent pas honneur, quand on est dans le lieu, c’est beaucoup plus impressionnant surtout toutes ces poutrelles métalliques qui s’entrecroisent pour soutenir cet immense toit.

et où en outre, la nature reprend petit à petit ses droits :

Halle de la friche – Fougères

La friche est malheureusement assez vide, les machines sont parties depuis fort longtemps, mais il reste quelques vestiges des différentes activités avec notamment les jolies armoires électriques :

Il existe aussi les restes des lieux de vie de cette usine par exemple la cuisine / salle de restauration :

Le laboratoire de l’usine :

Autre bout de lieux de vie :

L’étage :

Vue sur la cours et la partie administrative de la friche.

La partie administrative (beaucoup plus dégradée) que je n’ai pas eu le temps de visiter en entier pour cause de vie familiale :

Le reste des photos et notamment les pièces annexes à la grande halle :

Et pour finir, la mascotte du site :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.